Vu sur NEXUS: L’imposture scientifique
VIH=SIDA décryptée.

Posté le 08/03/2012 Par Vincent Verschoore

L'enquête la plus documentée publiée à ce jour !!!
Cette enquête souligne bien l'adage qui dit d'un mensonge:
"Plus c'est gros, mieux ça passe..."

Comment en sommes-nous arrivés à désigner comme coupable un virus qui n'a jamais été isolé ? Comment l'hypothèse, d'origine virale du sida, à ce jour toujours non prouvée scientifiquement, est-elle devenue un dogme en apparence inébranlable dont le culte a englouti des sommes faramineuses sans jamais guérir un seul malade ?
NEXUS a enquêté.

Visiteurs

Voir la version PDF de l'article:
27 MB
Le magasine d’information scientifique alternative NEXUS n’y va pas de main morte pour son édition de mars-avril 2012, avec la publication d’un dossier conséquent sur ce qu’on appelle souvent “l’hypothèse dissidente” de la cause du Sida.

J’ai souvent abordé ce sujet et il est très encourageant, pour faire monter ce débat au-delà d’un groupe d’initiés et le positionner clairement dans le champ du grand public, qu’un magasine plutôt généraliste tel Nexus aborde un sujet qui est un sujet politique, industriel et financier tout autant que scientifique. Certes celle-ci n’est pas la première initiative visant à faire connaitre ce débat troublant, on peut noter entre autres le documentaire de 2009 House of Numbers et le livre “les 10 plus gros mensonges sur le Sida” co-écrit en 2005 par le Dr Etienne de Harven et le journaliste Jean-Claude Roussez.
Sans parler d’innombrables articles de blogs, sites, reportages et livres dont le premier fut, sans doute, “Inventing the AIDS virus” publié en 1996 par le Prof Peter Duesberg, lui-même devenu le “père fondateur” de cette “dissidence” et souvent mentionné dans ce dossier Nexus, que je recommande vivement.

Néanmoins il en faudra sans doute bien plus avant que cette affaire n’éclate au grand jour et, telle un Watergate faisant s’effondrer un empire politico-pharmaco-financier basé sur l’hypothèse VIH=Sida, fasse en même temps s’effondrer la confiance d’une grande partie de la population envers les procédés ”scientifiques” soumis à des contraintes de rentabilité commerciale ou récupérés par des intérêts politiciens.
A côté de ceci, le Médiator et les prothèses PIP c’est de la petite bière...

Vincent Verschoore.

Télécharger la version intégrale de l'article de NEXUS en format PDF (27 MB)

Une recherche vous a amené sur cette page et vous ne voyez pas les menus à gauche ?
cliquez ICI pour entrer dans le site.